intelligence-artificielle-erp-bientot-concerne-silog

Intelligence Artificielle : L’ERP bientôt concerné ?

En cette fin d’année 2016, Gartner vient de publier son baromètre annuel identifiant les 10 technologies stratégiques en 2017 pour les entreprises. En tête de cette liste, l’intelligence artificielle (AI ou IA) et le Machine Learning (ML), qui sont commentés ainsi :

« L’IA appliquée et l’apprentissage avancé de la machine donnent naissance à un éventail d’implémentations intelligentes, y compris des dispositifs physiques (robots, véhicules autonomes, électronique grand public) ainsi que des applications et des services (assistants personnels virtuels, conseillers intelligents).

Ces implémentations seront livrées comme une nouvelle classe d’applications et d’objets connectés capables de fournir l’intelligence intégrée pour une large gamme de dispositifs de maillage, de logiciels existants, de solutions de service… »

Il devient désormais possible aux éditeurs d’envisager l’ajout de fonctionnalités faisant appel à l’Intelligence Artificielle dans une gamme étendue de solutions informatiques. En effet, bien qu’il s’agisse de technologies particulièrement pointues et complexes, elles sont à la portée de nombreux éditeurs qui vont pouvoir s’appuyer sur les services des grands noms de l’Intelligence Artificielle.

A la manière du modèle Cloud, qui permet l’accès à de grandes puissances de calcul ou de stockage à la demande, les ordinateurs dédiés à l’Intelligence Artificielle tels que IBM Watson vont désormais pouvoir être interfacés avec tous types d’applications. Le client final bénéficiera ainsi d’une technologie qui lui était jusqu’alors inaccessible.

Intelligence Artificielle : A quoi cela peut-il servir ?

L’Intelligence Artificielle, ou Cognitive Computing dans le cas d’IBM Watson, est déjà utilisée dans de nombreux secteurs d’activité. Elle permet par exemple, dans le domaine de la finance, de trier les millions d’emails envoyés à une entreprise et de préparer des réponses types tenant compte des obligations légales.

Dans le domaine de la distribution, des visiteurs peuvent poser des questions en langage naturel et bénéficier en retour de conseils personnalisés sur le choix de vêtements de sport.

Ailleurs, un cabinet juridique analyse les textes de lois et les décisions de justice avec une technologie cognitive qui fournit les réponses en quelques secondes.

En fait, l’Intelligence Artificielle est le complément parfait du Big Data. Ce dernier capture, stocke et traite une très grande quantité de données. Mais jusqu’alors, il fallait laisser le soin à l’homme d’analyser ces résultats et d’en tirer des conclusions pertinentes et pouvant apporter de la valeur ajoutée. Aujourd’hui, le Cognitive Computing se charge éventuellement de cette tâche.

Intelligence Artificielle : Quid de l'ERP ?

L’ERP n’est pas forcément une solution dénuée d’intelligence. Mais il faut reconnaître qu’il est souvent sous (ou mal) utilisé, du fait de sa complexité et de la quantité de données qu’il peut produire ou récolter.

Doter un ERP d’une capacité d’Intelligence Artificielle, c’est lui permettre d’anticiper par exemple sur les commandes de matières premières, de gérer en partie automatiquement la production, de proposer des améliorations dans les process…

Si l’on ajoute à cela l’irruption dans les entreprises des Objets Connectés, eux-mêmes intelligents, et d’autres technologies plus restreintes mais très efficaces, comme les jumeaux numériques, il est indéniable que l’on se dirige doucement vers une supply chain, un ERP, et au final une entreprise, de plus en plus « cognitive ». Faut-il en avoir peur ?

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter l’article de Gartner « Top 10 Strategic Technology Trends for 2017 ».

/ ERP

A propos de l'auteur

Commentaires

Les commentaires sont actuellement fermés